Actualités

Réforme de l'audiovisuel : ma position en tant que porte-parole du groupe Démocrate

Vous l'avez peut-être vu passer dans l'actualité, le gouvernement a engagé une réforme de l'audiovisuel public. Celle-ci a pour but de rapprocher les acteurs publics de l'information aujourd'hui trop éloignés : Radio France, France Télévisions, l'INA... Sur ce sujet, je suis porte-parole, en charge de porter les positions du groupe Démocrate et de faire des propositions pour améliorer le texte qui nous est présenté.

Cette réforme a avant tout pour but de renforcer les synergies pour permettre à l'audiovisuel public de disposer de plus de moyens. Contrairement à toutes les rumeurs infondées, nous prévoyons un budget en hausse pour financer le service public de l'information. Une hausse historique et sur le long terme, de près de 400 millions entre 2024 et 2028.  Ce financement doit permettre de créer davantage d'emplois journalistiques, notamment en proximité et en ruralité, chez France 3 et France Bleu par exemple. 

Budget et prévision de budget de l'audiovisuel public, en millions d'euros,

Mais cette hausse ne pourra pas à elle seule permettre à l'audiovisuel public de réussir tous les efforts nécessaires pour faire face aux défis du siècle. Il faut ainsi que des économies soient faites dans des pôles administratifs (contrats de fournitures, RH, nombre de bâtiments...) pour redéployer ces sommes vers la transition numérique, les médias locaux, l'investigation... : tout ce qui fait aujourd'hui la qualité de nos chaînes et radios publiques !

Pour toutes ces raisons, le groupe Démocrate (Modem et indépendants) soutient l'objectif d'un rapprochement de l'audiovisuel public. Celui-ci se fait d'ailleurs dans les faits avec le rapprochement entre France Bleu et France 3 et la marque « ICI », ou leurs matinales communes qui se font chez nous depuis maintenant plus d'un an. 

Mais ces synergies doivent se faire progressivement et en douceur pour ne pas prendre le risque de tout casser. 

Car l'audiovisuel public fonctionne : avec 15 millions d’auditeurs par jour pour Radio France, 50 millions de téléspectateurs par semaine pour France TV, et 222 millions de visiteurs par mois pour franceinfo.fr, les médias publics restent la source d’information de référence des Français !

J'ai été interviewé par France 2 sur ma position sur ce texte 

C'est pour ça que chez les démocrates, dont je suis le porte-parole, nous ne voulons pas d'une fusion précipitée, qui pourrait risquer de créer de la confusion dans les services et donc abîmer la qualité du service public.

Par ailleurs, comme vous le savez, je suis aussi attentif à ce que l'information locale soit traitée en locale et que l'accès à la culture et aux médias soit toujours garanti en ruralité. Cela doit être l'un des objectifs prioritaires des médias publics. Or, on a besoin de pluralité, de proximité pour cela. Un acteur unique va centraliser la décision et peut éloigner l’audiovisuel public des décisions locales et du quotidien.

Retrouvez mon intervention en commission des affaires culturelles et de l'éducation sur ce sujet : 

Par ailleurs, je soutiendrai pour le groupe démocrate des amendements pour préciser la propriété publique du capital de l’audiovisuel public. Alors que l'arrivée au pouvoir en 2027 de l'extrême droite pourrait aboutir à un affaiblissement, voire la privatisation de l'audiovisuel public, il est essentiel d'assurer la propriété publique de ce média indépendant. 

Je propose également d'améliorer la couverture du débat européen en France pour renforcer notre démocratie ainsi que des mesures pour assurer la pérennité du média radio. Ces propositions enrichiront in fine la qualité de l’information proposée aux Français ! C’est notre objectif le plus absolu

Labège, avec les nouveaux diplômés de l'INP-ENSAT
28 mai 2024
Cérémonie de remise des diplômes aux étudiants de l'INP-ENSAT - école nationale supérieure agronomique de Toulouse à Labège.